ORME 99

 

 

 

 

Accueil Remonter

Névache :
une école de haute montagne
ouverte sur le monde …
http://ecole.nevache.free.fr

Les Cinquièmes rencontres de l’ORME
Observatoire des Ressources Multimédias en Education du 6 au 8 octobre 1999 à Marseille

Editorial du programme de la manifestation

Le projet " Graine de multimédia "

Faire pour de vrai : donner du sens aux apprentissages

Outil pour les disciplines " scolaires " : courrier, site, causette…

En cours d’acquisition : les pistes de travail

Compétences transversales

La présentation de nos travaux 

En guise de conclusion

- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -

Reportage réalisé par les élèves sur les quatrièmes journées de l'ORME (oct 98)

Reportage réalisé par les élèves sur les cinquièmes journées de l'ORME (oct 99)

- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -

Editorial du programme de la manifestation : La généralisation des usages des technologies de l’information et de la communication dans l’enseignement conduit à reconsidérer la relation entre besoins, offres et conditions économiques en matière de ressources éducatives. L’Education nationale doit rester maîtresse des contenus à enseigner mais l’accès aux ressources pour tous doit être assuré dans sa pluralité et sa diversité. Il faut donc identifier, à partir des besoins émergents ce qui relève de l’Education nationale et ce qui ressort d’un traitement externe.
Malgré une politique d’incitation au développement des usages pédagogiques des technologies de l’information et de la communication on constate peu d’empressement dans la diffusion des pratiques nouvelles. Pourtant l’expression des besoins du monde éducatif émane de plus en plus de praticiens ayant franchi le pas sans pour autant être comme dans un récent passé des passionnés de technologies. Cette nouvelle catégorie d’utilisateurs est parfaitement à même de concevoir des modalités pédagogiques et des scenarii d’utilisation et de définir ainsi des produits et des services d’accompagnement de l’activité éducative […]

C’est dans ce cadre que la classe de CE 2 / CM 1 / CM 2 a été invitée pour la deuxième année consécutive à présenter son travail réalisé avec les Technologies de l’Information et de la Communication (informatique et internet).

sommaire ORME 99

Le projet " Graine de multimédia "Le projet " Graine de multimédia "

L’école de Névache (1600 m d’altitude, au fond d’une vallée) a la chance d’avoir été équipée le 27 février 1997 par Microsoft et Hewlett Packard de sept ordinateurs multimédia organisés en réseau relié à internet, comme une dizaine d’écoles représentatives de la diversité française ( http://www.microsoft.com/france/grainemm   )

A quoi nous sommes-nous engagés par rapport à nos sponsors ? A rien ! A essayer d’utiliser au mieux tout ce beau matériel dans le cadre des programmes de l’école élémentaire.

sommaire ORME 99

Faire pour de vrai : donner du sens aux apprentissages

Il est évident que élèves et enseignants sont motivés par l’utilisation d’un matériel aussi médiatisé, mais ce qui paraît le plus important, c’est qu’à l’école on ne fait plus de l’exercice pour de l’exercice, on ne travaille plus pour avoir de bonnes notes ou pour savoir faire des choses plus tard, quand on sera grand, on peut immédiatement agir et être acteur dans le monde moderne. Il n’est question que de s’insérer dans notre société, en y prenant une place.

On lit pour trouver une information et répondre à ses questions, pour transmettre oralement à l’ensemble de ses camarades un message qu’on va envoyer ou qu’on a reçu, confronter des idées … et aussi pour se faire plaisir à l’occasion de jeux de mots, de recherches sur des textes, de lectures plus ou moins partagées (défi lecture, prix littéraire par exemple) …

On écrit pour communiquer avec les autres, que ce soit directement par courrier, ou plus largement pour relater des découvertes sur journal local ou sur journal multimédia sur internet, ou encore s’exprimer par les jeux de langue et la poésie …

On accède à la culture pour essayer de comprendre le monde qui nous entoure, qu’il soit familier ou plus lointain. Alors on se plonge dans la documentation, dans les archives, dans les cartes, dans les enregistrements audio et vidéo ; alors on fait de l’histoire, de la géographie, de l’éducation civique, des sciences physiques et naturelles ; alors on se plonge dans les programmes, non pour les programmes, mais parce qu’on a besoin de ces clefs pour appréhender le monde extérieur.

Les élèves, par leur confrontation avec la vie de tous les jours et avec les autres, savent à quoi sert l’école, que celle-ci n’est certainement pas une fin en soi, mais un outil qui leur est offert pour qu’ils aient les moyens d’agir sur le quotidien, sur leur quotidien.

A nous enseignants de ne pas décevoir leur demande, de les aider sur le chemin de la réussite (dont ils connaissent enfin les critères), de les guider et de surmonter avec eux les difficultés de la maîtrise de la langue et de l’insertion dans notre société. C’est tout un programme !

sommaire ORME 99

Outil pour les disciplines " scolaires "

Le maître et les élèves se servent de l’ordinateur comme du cahier, du livre, de la télévision ou du tableau : un outil parmi d’autres. L’enseignant est là pour guider, organiser les apprentissages, non pas de l’informatique, mais des différentes disciplines du programme.

Aucun élève n’est en situation d’échec, car il connaît les critères de réussite. Il ne suffit plus que d’aider à construire les apprentissages, à conseiller, à expliquer, à mettre en confiance, à consoler, à féliciter, et quelquefois réprimander, toujours encourager … bref, être à l’écoute de chacun.

L’utilisation de ces technologies apparaît comme un formidable outil permettant l’indispensable cohérence entre ces différentes disciplines qui s’éclairent d’un intérêt nouveau, universel, pour ne pas dire mondial (internet oblige !)

Gestion du courrier : nevache.web@free.fr
La classe dispose d’une adresse électronique et en use journellement. Il s’agit de s’organiser pour pouvoir traiter l’abondant courrier reçu : lecture, tri (répondre ou classer), quoi répondre, rédiger, expédier. C’est une tâche quotidienne, mais combien riche de sens et de découvertes.
Un regret : peu d’écoles répondent au courrier ... qu’est-ce que la communication ?

Gestion de notre site web : http://ecole.nevache.free.fr
La classe gère coopérativement son site en direct et surtout en temps réel : améliorations de l’existant, ajouts de rubriques, de reportages ou d’articles, de liens. C’est l’occasion d’un apprentissage de la démocratie, le groupe ayant la responsabilité d’un bien collectif.

Causettes
C’est l’occasion de se confronter aux autres de façon encore plus directe par le biais de la communication écrite. Je ne connais pas d’élève qui résiste alors au besoin d’écrire : on est sûr, pour une fois, d’avoir une réponse ! L’enseignant peut avoir différents niveaux d’exigence quant à l’écrit en fonction des élèves dont il a la charge.

Confrontation : délocalisation de la classe
Enfin des moments d’abattement pour " X ", brillante élève de CM2, qui côtoie et domine scolairement les mêmes camarades depuis la maternelle. Un jour, elle bloque sur un problème. Pleurs. Elle qui ne connaissait comme émulation que la satisfaction du travail bien fait se retrouve dans la situation de l’élève qui ne comprend pas, alors que des pairs, bien qu’ils soient à des centaines de kilomètres, ont déjà trouvé la solution. Une discussion difficile s'engage entre le reste de la classe, maître compris, et elle. Il faut aussi accepter de ne pas savoir tout faire, de ne pas toujours réussir ce qu’on entreprend, de n’être pas toujours le meilleur. Préparation importante pour le passage en sixième de nos élèves qui n’ont pas encore été confrontés à bien des difficultés de la vie, scolaire en particulier, et qui vont se retrouver dans la grande ville de Briançon, demi-pensionnaires, faisant des journées d’adultes, de 7 heures à 19 heures avant de rentrer à leur maison, et se retrouvant dans un immense collège où les têtes connues sont bien rares.

Comme je regrette qu’internet n’ait pas encore existé quand j’ai eu pendant des cinq ans d’affilée un élève seul dans son cours. C’est quand même sympathique, de temps en temps, et cela n’exclut pas la solidarité, une petite compétition entre camarades du même âge, ne serait-ce que pour pouvoir se situer dans un groupe plus large, de se rendre compte qu’on n’est ni le plus nul, ni le génie universel.

Le travail scolaire délocalisé en temps réel est un outil de désenclavement pour l’école rurale.

sommaire ORME 99

En cours d’acquisition :

Analyse et traitement de l’image plus poussés
Une véritable formation technique et critique nécessaire pour aborder par exemple … la télévision.

Etude et utilisation du son : sons, bruitages, musique, voix…
Pour une véritable utilisation du multimédia qui ne soit pas que mettre un papier sur un écran.

Apprentissage du clavier
Libérer l’esprit pour aller encore plus loin, plus vite, dans l’écriture.

Calcul mental
Trouver un logiciel qui ne veuille pas remplacer l’enseignement, qui soit précis, facilement contrôlable par l’enseignant. Du calcul mental au rythme et au niveau de l’élève auquel il s’adresse.

sommaire ORME 99

Compétences transversales

L’acquisition de l’autonomie, la construction de la personnalité, le désir de connaître et l’envie d’apprendre sont quelques exemples des attitudes attendues à la fin de la scolarité élémentaire.

La communication véritable encourage et motive de façon considérable les enfants. Les activités effectuées autour du traitement de l’information ont amené chacun à devenir exigeant quant à l’organisation et la présentation de son travail.

Plutôt que de juxtaposer les enseignements disciplinaires, cette façon de travailler favorise la mise en œuvre de démarches faisant appel à toutes les disciplines pour construire et conforter les apprentissages. Les activités sont diversifiées et concourent au même objectif.

Clef d’accès à la vie, à la liberté de réflexion et d’expression, moyen privilégié de la communication, la maîtrise de la langue est au cœur des apprentissages. C’est la compétence transversale fondamentale.

sommaire ORME 99

La présentation de nos travaux : à Marseille du 6 au 8 octobre 1999

Après un long voyage en voiture, train, métro, puis bus, les élèves ont pu monter leur savoir-faire.

Mercredi après-midi : visite de site d’école :
Les élèves ont butiné sur internet à la recherche de sites gérés par des écoles. A la fin de chaque visite, ils doivent envoyer aux " collègues " un message critique, positif et négatif. Dans notre classe, après, s’installe un premier temps d’échanges sur ce qui a été remarqué sur les différents sites. Des propositions de lien peuvent être faite avec notre site. Il faut alors que chaque élève visite le site en question. Nous referons après une mise en commun sur ce qui a été vu, avec éventuellement une " étude dirigée ". La phase ultime est la réunion solennelle au cours de laquelle nous allons décider du lien ou non. Il faut que chacun se fasse une opinion, soit capable de l’exprimer, voire de l’expliciter pour convaincre ses camarades.
Il s’agit donc d’un travail de lecture et d’écriture, mais aussi de confrontation d’idées et de goûts, avec explicitation de ses choix. Il permet un retour sur sa propre production " web ", puisqu’il développe le sens critique, au bon sens du terme.
L’évaluation se fait par l’observation des messages envoyés : contenus, syntaxe et orthographe ; et par la qualité des échanges à propos de ce qui a été lu chez les autres.

Ce type de pratique nous a permis de beaucoup évoluer.

Jeudi après-midi : " causette " en français
Echanges découvertes avec une classe ou plusieurs. Eventuellement un objet, un animal ou un personnage célèbre à trouver par jeu de questions réponses.
Aujourd’hui, nous avons rendez-vous avec la classe de Jean-François Tourniquet, de Berck sur Mer. Nous nous retrouvons dans une salle virtuelle sur internet, et chaque classe à son tour répond à l’autre qui doit découvrir le plus rapidement possible l’objet, animal ou personnage mystérieux. Toute la communication se faisant par écrit sur écran, l’objectif était d’utiliser au mieux la langue écrite, en particulier la phrase interrogative. Ce qui induit à parler des différents types de phrases.
Ce genre de travail donne une très forte motivation pour écrire, surtout pour les élèves qui sont moins à l’aise pour l’écrit. En effet, un des problèmes de l’écrit est de se projeter dans le temps et dans l’espace, de se mettre à la place du lecteur afin d’envoyer un message compréhensible. Là, l’évaluation, et la régulation sont faites immédiatement par un pair … non pour une évaluation formelle et normative, mais pour la transmission –la compréhension- d’un message. Il est bien évident que ce type de texte ne peut être le seul à travailler à l’écrit, il a des spécificités trop affirmées pour que l’élève puisse généraliser à tous les écrits. Mais il a une place importante à jouer dans les acquisitions de l’élève, d’autant plus que l’élève a du mal à l’écrit, a du mal à se distancier de sa propre production.

Vendredi après-midi : présentation de notre site
La présentation de notre site a été un réel succès et de nombreuses personnes ont été très intéressées par nos travaux. Autant les séquences précédentes n’étaient pas spectaculaires et avaient du mal à " accrocher " le public, autant les élèves ont réussi cette fois à le sensibiliser. Ils se sont organisés en deux groupes informels et se relayaient pour accueillir les visiteurs sur les P.C., et faire de la promotion en invitant et en distribuant des cartes de visite avec nos Mél et U.R.L., le tout dans le respect des autres et la bonne humeur. Ce fut un grand moment pour la classe.

Mais n’oublions pas un autre aspect de notre voyage : deux soirées et deux matinées sur les îles du Frioul … de quoi avoir envie d’y retourner !

sommaire ORME 99

En guise de conclusion

Donner du sens et une cohérence aux apprentissages par une communication véritable. Les élèves vont s’approprier des outils (scolaires) pour réaliser des projets individuels ou collectifs.
L’usage du Mél et des causettes sort la classe unique de son petit vase clos : travail collectif et confrontation avec d’autres élèves… Du point de vue de mises en place de situations motivantes pour nos élèves, nous pouvons jouer sur les variables d’espace et de temps : nous pouvons inventer des classes virtuelles avec seulement une partie du public sur place ; la situation de communication est d’autant plus forte pour les enfants qu’ils ont une réponse plus rapide à leurs messages, surtout pour les élèves qui nous posent plus de problèmes : ceux qui ont du mal à se projeter dans un avenir.

On pourrait remarquer que toutes les activités décrites ne sont pas vraiment novatrices par rapport à ce qui s’est fait autrefois, ailleurs ou autrement. Ce doit être vrai. Mais c’est tellement plus facile, mais c’est tellement mieux, pour l’enseignant et les élèves d’un petit village de fond de vallée en haute montagne, d’avoir des collègues immédiatement en ligne sur toute la Terre et d’avoir des réponses immédiates quand on écrit !

Pas de révolution, une évolution, un mieux être élève, une ouverture de l’école sur le monde...

finfriou.jpg (21787 octets)

Il faut que les enseignants communiquent à propos de leurs expériences, de leurs " trouvailles ", de leurs interrogations et de leurs problèmes. Savoir ce qui ce fait ailleurs, et comment. Internet est un bon outil pour cela. Mais il ne remplace pas les rencontres " physiques ", que ce soit au niveau des élèves, ou au niveau des enseignants.

Nicolas Izquierdo. Instituteur à Névache.

sommaire ORME 99 

ot;, que ce soit au niveau des élèves, ou au niveau des enseignants.

Nicolas Izquierdo. Instituteur à Névache.

sommaire ORME 99